Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Texte - A MES AMOURS

Amours (2010)

Voudrai naviguer

A flot sur ton dos

Te croupir de baisers

T’essorer les os

Me convertir à ton dieu

Arracher ta peau

Y faire résonner en tambour

Le son de mes doigts

Suspendre tes reins

A mes épaules amour

En faire couler la sève

Rouge de braise

Le long de ton ventre

Y creuser plus encore

Le puits de nos énergies - fusions

Y enfouir la mémoire

De nos attractions terrestres

Jusqu’au fond sans fin

De nos amours inépuisables.

 

Chevauchée (2010)

La coupe déborde

Mon corps jalonne

La surface en pore

De ta croupe ondulante

L’humide amour

Remonte de mon cœur

En artère jaillissante

Jusque dans mes fibres

Désireuses d’aimante

En trace de doigts

Pressant rouge

Le manteau de ta couenne

Je presse point par point

Et sentir que je m’enfonce

dans ta mousse bouillonnante

idylle au fond des pores

cavalière triomphante

je transporte mes désirs

au-delà des possibles

chevauchées amoureuses

de mon corps en délire.

 

J’ai offert une danse (2010)

 

J’ai offert une danse

Au plus sublime des instants

J’ai offert une danse

A tes chairs indolentes

J’ai couvert ton ventre

De mon ventre en mouvement

J’ai pénétré les profondeurs

De ton obscure substance

J’ai flirté avec le plaisir s’offrant

J’ai offert une danse

Dans un cercle d’émotions

Pétri sans défense

D’amour dévotion

A genoux, à ton dieu

J’offre cette danse.

 

Obscénité (2010)

 

Choisir une couleur obscène

Celle qui accroche ta bouche

Déformer tes lèvres

Débrider les entrelacs de tes mains

Attirer tes doigts à ma reins

Soigner le rouge

De nos brulantes ardeurs

Désillusions absolue

De jouxte banale

D’un cahot virulent

Sort l’étreinte abyssale

Outrage au mariage

De nos idées maquillées

La vie nous traverse

Nous soulève

Nous porte en chute

A l’extase finale.

 

 

Chemin à pénétrer (2010)

Il y a un chemin à pénétrer

Menant au gouffre

De mes nocturnes errances

Sentinelles veillent au bord

Que seules mes aimables pensées

S’y acheminent et s’y abreuvent

Des sucs secrétés

Par  mes glandes amoureuses